Concerts

1er Parcours musical avec le conservatoire de Rouen

Dimanche 14 mai 2017, 15 heures :

Présentation de la saison artistique du château, en compagnie des élèves des classes de musique de chambre du conservatoire de Rouen. L’occasion d’entendre un répertoire riche et varié allant de Mauro Giuliani à Francis Poulenc en passant par Claude Debussy.


Andreas Jäggi et Cordes en Seine

25 juin 2017 à 18 heures et 1er juillet 2017 à 20 heures :

JPEG - 3 Mo
A. Jäggi, en concert à Bosmelet
En bas : Andreas Jäggi dans L’Autre Mozart, New-York, 1979, Compagnie Alain Germain ; W.-A. Mozart ; Venanzio Rauzzini

Le ténor Andreas Jäggi sera invité pour deux concerts à la chapelle de Bosmelet, accompagné par l’ensemble Cordes en Seine, sous la direction de Jean-Luc Petit.

Le célèbre Exsultate Jubilate K. 165, est un motet composé en janvier 1773, alors que Mozart est âgé de 17 ans et qu’il vient d’entrer au service du Prince-archevêque de Salzbourg. La pièce est écrite pour le castrat Venanzio Rauzzini que Mozart découvre lors de son troisième séjour en Italie, et à qui il confie un rôle dans son opéra Lucio Silla. Le motet est créé le 17 janvier à Milan.

PDF - 1.1 Mo
Andreas Jäggi à Bosmelet : interview
Les Informations Diéppoises, juin 2017

Depuis la disparition des castrats, ce motet a principalement été chanté par des sopranos, au nombre desquelles on peut signaler la célèbre Maria Stader, dont Andreas Jäggi a été l’élève.

Au même programme :
- Ouverture de La Finta Giardiniera de W. A. Mozart,
- Concerto pour violoncelle n°2 de Joseph Haydn.

2e Parcours musical avec le conservatoire de Rouen

Dimanche 2 juillet 2017, 16 heures :

La classe de composition du conservatoire de Rouen, dirigée par jean Philippe Bec, vous propose un concert à partir des travaux de ses élèves. De la sonate au quintette, ces créations seront interprétées par la classe de musique de chambre de Rouen. La musique contemporaine dans tous ses états !


Oubapo+Oumupo

Samedi 8 juillet 2017, 18h :

Concert-performance de fin de résidence du groupe Oubapo+Oumupo. (voir ci-dessous)


Quatuor Reicha

JPEG - 135.6 ko
Le quatuor Reicha

Samedi 15 juillet 2017, 18h :

Découvrez ce quatuor original à travers un répertoire varié allant de la musique baroque jusqu’à la musique contemporaine

Les membres du Quatuor Reicha, Jean-Charles Dautin, flûte traversière, Bernard Mathern, violon, Valérie Pronier, alto, et Catherine Fléau, violoncelle, tous quatre professeurs du Conservatoire à rayonnement régional de Rouen, se produisent en concert depuis 2010. Ils sont par ailleurs sollicités par de nombreux compositeurs contemporains.


Oiseaux en chantant

Samedi 26 août 2017, 18h :

PNGLe baryton Jacques-François Loiseleur des Longchamps, explore le monde musical des oiseaux en compagnie de Mathilde Rossignol, mezzo, et Laurianne Corneille, pianiste.

Œuvres de Chausson, Rosenthal, Rameau, Marmontel, Chabrier, de Polignac, Holmès, Saint-Saens, Canteloube, Schubert, Satie, Audran, Daquin, Hahn, Grieg…
Portant sur : le colibri, l’albatros, la colombe, le dindon, le bengali, le paon, le rossignol, le canard, le cygne, le héron, le coucou, la poule, l’hirondelle…

Ne manquez pas, le lendemain (dimanche 27 août), la Balade contée dans les jardins du Bosmelet.


Guitare classique hispanique et sud-américaine

JPEG - 324.1 ko
Alexandre Le Nagard

Samedi 2 septembre 2017, 18h :
À travers un récital tout en finesse et en couleurs subtiles, le guitariste Alexandre Le Nagard nous emmène de l’Espagne post-romantique de la fin du XIXe siècle (Albeniz, Granados, Falla, Turina mais aussi Joaquim Malats et Miguel Llobet) jusqu’en Amérique du sud dans la première moitié du XXe siècle (Heitor Villa-Lobos, Agustín Barrios, Antonio Lauro).
Ancien élève de la Schola Cantorum et de l’ATLA, Alexandre Le Nagard partage aujourd’hui son temps entre la guitare (qu’il pratique et enseigne) et la direction de chœur ainsi que l’écriture. Son répertoire éclectique va de la musique savante au blues (avec le groupe qu’il a fondé, Soul’s Pawnbroker).


Dichterliebe

JPEG - 3.7 Mo
Les Dichterliebe à Bosmelet

Samedi 16 septembre 2017, 18h :
Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, concert du ténor Andreas Jäggi, accompagné du quatuor Cordes en Seine. Au programme figure le cycle des Dichterliebe de Robert Schumann, dans une transcription pour quatuor à cordes de Jean-Luc Petit (en création mondiale).

Vendredi 22 septembre 2017, 19h :
Reprise du concert d’Andreas Jäggi, dans le cadre du colloque sur la Mesnardière, ouvert au public.


Mélodie française

Samedi 30 septembre 2017, 18h :

JPEG - 41 ko
Emmanuel Reibel et Thomas van Essen

Récital du baryton Thomas van Essen, acompagné du pianiste Emmanuel Reibel, autour de la mélodie française.

PDF - 50.6 ko
Récital de mélodies (30 septembre 2017)
Programme détaillé (PDF).

Expositions & installations

En cours d’élaboration. Programme à venir.

Oubapo + Oumupo = ?

Dans le sillage de l’Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle, fondé en 1960 par Raymond Queneau et François Le Lionnais) et autres Ou-x-po, l’Ouvroir de bande dessinée potentielle ("Oubapo") et l’Ouvroir de musique potentielle (Oumupo) sont deux collectifs artistiques qui explorent de façon ludique la création expérimentale dans leurs domaines respectifs : la bande dessinée et la musique.

C’est au château de Bosmelet que ces auteurs, compositeurs, dessinateurs et musiciens se sont donné rendez-vous du 3 au 8 juillet 2017 pour confronter et partager leurs contraintes d’écriture, leurs jeux de maths et de langage, et leur goût pour l’inventivité formelle.

JPEG - 7.1 Mo
Oubapo : BD fractale d’É. Lécroart
JPEG - 559.9 ko
Oubapo : abécédaire par É. Lécroart
JPEG - 113.4 ko
Oubapo : BD minimaliste de Lewis Trondheim
PNG - 1.1 Mo
Quelques oumupiens
Image tirée du site de l’Oumupo.

Pendant une semaine de travail intensif (ponctuée également d’expositions, de concerts et de rencontres avec le public), les "oubapiens" et "oumupiens" se mettent au défi d’imaginer ensemble une œuvre d’un genre inédit, mêlant musique et bande dessinée, spectacle vivant et graphisme, qui sera présentée au public lors d’une soirée exceptionnelle au terme de cette aventure, le samedi 8 juillet 2017 en soirée.


Colloques & conférences

Les coulisses d’un costume de scène

Conférence — samedi 20 mai 2016, 17h.

Présentée par Alain Germain, en partenariat avec l’association Passe-Temps.

Jardin et littérature, les affinités électives

Conférence — samedi 17 juin 2017, 16h.

Dans le cadre du festival Jardins secrets de Seine-Maritime

Le jardin n’a cessé, toujours en de multiples et diverses manières, de figurer l’empreinte et la place de l’homme dans la nature. Conçu au Moyen-Âge pour rappeler l’Eden perdu, élaboré à la Renaissance depuis les perspectives et les jeux d’eau au sein d’une harmonie qui fait dialoguer l’homme et la nature dans une heureuse réconciliation, il est ensuite ordonné "à la française" dans une époque où la conscience ordonne le monde et cherche à le comprendre en le maîtrisant, ou encore proliférant, touffu, désordonné à l’époque romantique où l’individu, se pensant comme une sensibilité, fait l’expérience de soi depuis les sensations multiples que les divers paysages composent pour répondre à ses états d’âme.

Les Lettres s’emparent de ces jardins qui dessinent les paysages moraux, intellectuels et politiques : que ce soit dans le roman ou la poésie – ou même en négatif dans le théâtre – depuis l’idylle anacréontique ou Le Songe de Vaux de Jean de la Fontaine jusqu’aux Fêtes galantes de Verlaine, du petit jardin d’Emma Bovary (héroïne née aux abords du château de Bosmelet) jusqu’aux Affinités électives de Goethe, la littérature ne cesse de revenir dans ce lieu qui lui offre le miroir des portraits qu’elle trace…

Conférence de Vincent Vivès, professeur d’université.

La Mesnardière, un lettré de cour au XVIIe siècle

Colloque interdisciplinaire, ouvert au public — 22-23 septembre 2017

Descriptif scientifique

Le nom d’Hippolyte-Jules Pilet de La Mesnardière (1610-1663) serait tombé dans l’oubli si les historiens du théâtre français du XVIIe siècle n’entretenaient la mémoire de celui qui écrivit une Poétique (1639 ; éd. critique récente, Honoré Champion, 2015), premier et unique volume d’un projet initial d’une « poétique française » de grande ampleur que La Mesnardière ne mena finalement pas à terme. Cette Poétique tente de donner un programme au genre tragique en plein renouvellement dans les années 1630.

Mais La Mesnardière n’est pas seulement l’auteur de cet ouvrage. Il apparaît comme un « cas d’école » pour l’histoire sociale du premier XVIIe siècle. Jeune médecin, il se fait remarquer par Richelieu pour un livre sur la mélancolie (1635) écrit dans le contexte des débats à propos de l’affaire de sorcellerie de Loudun, devient médecin de Gaston d’Orléans, puis lecteur ordinaire de la Chambre du roi. Il entre à l’Académie française en 1655.

En outre, il est l’auteur d’autres textes, largement méconnus (Cioranescu, n° 39551-39564) : poésies lyriques, philosophiques, encomiastiques (Poésies, 1655), poésies de circonstance (sonnet sur la prise de Montmédy, assiégé par Vauban en 1657, Chant nuptial sur le mariage du roi, 1660), écrits de propagande (deux relations de la bataille d’Arras de 1654 ; Relation de guerre, 1662, sur le siège de Valence, 1656, et de Dunkerque, 1658), traduction (traduction libre du Panégyrique de Trajan de Pline, 1638 ; traduction de lettres de Pline), écrits de médecine et de philosophie (Traité de la mélancolie, 1635 ; Raisonnement sur la nature des esprits qui servent aux sentiments, 1638).

Or les études concernant la biographie sont anciennes (Cioranescu, n° 39565-39573, dont Alfred Rouxeau, « Un médecin breton, membre de l’Académie française », Nantes, 1907) et la bibliographie concernant l’œuvre se restreint à des études sur la seule Poétique (Cioranescu, n° 39574-39575 ; analyse fondatrice de Helen R. Reese, 1937 ; article de F. K. Dawson, 1954 ; études récentes répertoriées dans la bibliographie de l’éd. 2015 de la Poétique, p. 513-536 et p. 513-514 pour les analyses portant proprement sur La Mesnardière. Le colloque se propose donc d’apporter de nouvelles lumières sur La Poétique (notamment rhétoriques, philosophiques et musicologiques) mais aussi de resituer l’homme dans la société de son temps (carrière, liens avec le pouvoir) et de tirer de l’oubli le reste de son œuvre.

Les communications pourront donc s’inscrire dans les champs suivants :

- I. LA MESNARDIÈRE EN SON TEMPS : FORMATION, CARRIÈRE, RÉSEAUX

Médecine : les médecins du XVIIe siècle et leur formation ; les universités de médecine de province, dont celle de Nantes ; les médecins-auteurs ; les médecins à la cour ; les controverses médicales.
Pouvoir royal et ministériel : La Mesnardière et Richelieu ; les lettres aux puissants (lettre à Mazarin, Cioranescu, n° 39564) ; la relation des sièges et des batailles comme genre ; les « conseillers et maîtres d’hôtel du roi » ; l’Académie française vers 1655.
République savante et mondanité : les lettrés et les poètes selon La Mesnardière ; les lettrés retirés dans les « frimas du Nord » (Hollande, Suède) ; l’image des Scaliger dans l’Hymne des belles connaissances de la nature ; la marquise de Rambouillet, dédicataire d’œuvres de La Mesnardière ; La Mesnardière et Chapelain ; science et salon ; la polémique ; La Mesnardière, le livre, les éditeurs.

- II. LA MESNARDIÈRE PHILOSOPHE DE LA NATURE

La dispute entre Mark Duncan et La Mesnardière sur les possédés de Loudun ; la sorcellerie et les lettrés.
Les discussions contemporaines sur la mélancolie, sur l’action de l’imagination sur le corps, sur la « fantaisie », sur les « esprits animaux ».
Les passions et la médecine. Mœurs et passions dans la Poétique : poétique / rhétorique / philosophie / médecine.

- III. LA MESNARDIÈRE « DOCTE » ET LA THÉORISATION DES GENRES LITTÉRAIRES

La Poétique : le projet de « poétique française » vu par l’Académie ; la place de l’héritage rhétorique dans La Poétique ; les lectures de La Mesnardière ; Aristote ; les théoriciens italiens ; l’attaque contre Castelvetro ; la littérature antique ; La Mesnardière commentateur des textes de l’Antiquité ; les éditions commentées des textes antiques comme sources de la théorie dramatique ; les poètes et les dramaturges italiens ; l’Espagne ; la question de la vraisemblance ; la réflexion sur la scénographie ; l’idéal de l’opéra romain ; La Poétique et la création théâtrale française contemporaine ; la question de l’influence de La Mesnardière théoricien.
Le Caractère élégiaque (1640) : élégie et tragédie ; Ovide au XVIIe siècle.
La Lettre du sieur du Rivage sur le poème épique contre Chapelain, 1656.

- IV. LA MESNARDIÈRE POÈTE

Le théâtre : la mise en vers de la Pucelle d’Orléans (1642) de D’Aubignac attribuée à La Mesnardière ; la question de la tragédie en prose dans les années 1630-1650 ; Alinde, (1656).
La poésie : idylle, élégie, épithalame, poésie encomiastique, poésie religieuse, poésie néo-latine. L’Hymne des belles connaissances de la nature : la poésie philosophique, le dialogue des morts. Poésie savante et poésie « galante ». Poésie de circonstance, guerre et propagande politique.

- V. LA MESNARDIÈRE TRADUCTEUR

La réception de l’Éloge de Trajan, en particulier au XVIIe siècle. L’éloge du prince. Les lettres de Pline au XVIIe siècle. La question de la traduction des auteurs anciens.

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Constitution en cours

ORGANISATEURS

Carine BARBAFIERI, Université de Valenciennes - Institut Universitaire de France :
carine.barbafieri_at_gmail_point_com
Jean-Marc CIVARDI, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Université Paris Saclay) :
jmcivardi_at_wanadoo_point_fr
Jean-Yves VIALLETON, Université Grenoble Alpes :
jean-yves.vialleton_at_wanadoo_point_fr


Conférences-randonnées : sur les pas de Flaubert

Mardi 22 août 2017, 14h :

Le circuit Flaubert vous permet d’aller au-devant de Gustave Flaubert et de son héroïne Emma Bovary, en compagnie du conférencier Vincent Vivès, professeur d’université, pour allier retrouvailles littéraires et découverte de la campagne normande.

Inscriptions : Office de Tourisme d’Auffay-Trois-Rivières.

Conférences à la demande

[Conditions tarifaires : forfait calculé en fonction du nombre de participants inscrits.]

Les dessous d’un costume de scène (opéra, ballet, théâtre et cinéma), conférence d’Alain Germain. Lieu : grand salon des dessins ; durée : 1h30, à la suite de la visite du château.

Madame Bovary et Flaubert, conférence de Vincent Vivès, professeur, chercheur et écrivain à l’Université de Valenciennes. Lieu : salle de conférence du château ; durée : 1h30, à la suite de la visite du château.


Stages, académies & partenariats

Photographier Bosmelet

Stage d’initiation & perfectionnement, dimanche 11 juin 2017, toute la journée.

En compagnie du photographe Philippe Schlienger, et en partenariat avec l’association Passe-Temps.

Philippe Schlienger vit et travaille à Paris, où il est né. Photographe pour Christian Dior Parfums en communication, presse et marketing depuis 9 ans, les images de Philippe Schlienger ont été publiées dans de nombreux magazines (Elle, Flair, Vogue, Harper’s, Mixte, etc...). Parallèlement aux commandes éditoriales, il mène une recherche personnelle qui lui vaut de figurer dans de prestigieuses collections publiques et privées (MEP, Bibliothèque Nationale, LVMH,...) et d’être exposé en Europe et aux Etats-Unis. Plusieurs monographies et catalogues ont été édités sur son travail dont Coqs aux éditions Assouline, Outils au éditions du Chêne et Épreuve d’Acier chez Contrejour.

Partenariats

- À partir de 2017 : Dans sa détermination à travailler avec les acteurs locaux, le château de Bosmelet s’engage dans des partenariats avec le Lycée du bois d’Envermeu, ainsi qu’avec la MASC (centre social, chantiers d’insertion) de Tôtes.

- Depuis 2016 : Grâce au concours de la MJC Grieu de Rouen, les vestiges de la Seconde guerre mondiale de Bosmelet (pistes de lancement des V1 et blockhaus) ont pu être mis à jour. Ce programme se poursuit en 2017 (vacances de Pâques et d’été).


Le Centre de poésie contemporaine

Le Centre de Poésie Contemporaine, en cours d’élaboration, permettra au château de Bosmelet d’accueillir une communauté sensible à la nécessité de croiser pratiques poétiques (écriture, lecture, performance, hybridation avec les arts ou autres expérimentations du champ social) et réflexions critiques (rencontres universitaires, conférences). Dans cette perspective, le centre cherchera à devenir un lieu où cette communauté pourra se retrouver, dans des ateliers d’écriture, des résidences, des colloques…